La Peur de la Couleur

Maryam Mahdavi met en scène une exposition de design et d’art contemporain à la Galerie Perimeter. avec des pièces de Janette Laverrière, de Miguel Chevalier, de Pierre Paulin…

La culture occidentale, selon David Batchelor*, assimile la couleur à un corps étranger, oriental, féminin, ou alors infantile et superficiel. Cette phobie de la couleur sévit encore beaucoup dans les domaines du design et de la décoration, alors que son potentiel émotionnel, visuel et intellectuel est infiniment créatif.

Vinaora Nivo SliderVinaora Nivo Slider

La vie, c’est la couleur, nous dit Maryam Mahdavi, créatrice fascinée par l’univers de la mode et des cosmétiques. Connue justement pour fusionner dans son travail ses origines perses et françaises, cette décoratrice joue sans tabou avec sa part d’enfance et de féminité.

La visite de l’exposition se déroule sur la métaphore de la vie, se jouant, à chaque étape, de la chromophobie exprimée par les penseurs dont les citations scanderont la visite. Les confrontations colorielles des pièces d’art et de design se dévoilent au travers d’écrans selon un scénario en quatre parties : Naissance, Adolescence, Âge adulte et Confessions ultimes.

Dans la première pièce, les couleurs de miel, lait et chair crue, objets lisses et organiques sont associés à l’Enfance. Suivent les vert, rose et orange pour les premiers émois de l’Adolescence, puis les fortes et toniques teintes de l’exubérance de l’Âge adulte, tandis que les violine, encre et profondeurs laquées évoquent la spiritualité et l’introspection de la maturité.

Dans la tradition surréaliste qui caractérise son travail, Maryam Mahdavi poursuit ses recherches autour d’objets procédant d’une rêverie intime, avec de mignonnes petites tables habillées de plumes de Lemarié.

Pour l’occasion, la célèbre table de Janette Laverrière* sera déclinée en quatre nouvelles couleurs.
Nourrie des convictions progressistes de son père architecte, Janette était parvenue à un style très poétique et sensible dans les années 1950. L’usage de la couleur dans le design, restée une constante chez elle, était innovant à ce moment-là.

Une sélection de meubles de Pierre Paulin, autre ténor du design et souvent exposé chez Perimeter, est également présentée : la table Cathédrale, les sofas Dos à Dos et Face à Face ainsi que le canapé Amphis dans des couleurs inédites.

Le plus impressionnant est sans doute le Pixels Liquides de Miguel Chevalier. C’est une œuvre qui allie le réel et le virtuel. De jour, la tapisserie placée au mur révèle ses formes, sa matière et son subtil dégradé. à la nuit tombée, la surface délicate de cette tapisserie devient le support d’un univers virtuel. Des flux de peinture virtuelle, de différentes nuances colorées, évoluent de façon autonome à l’infini. Cette immixtion de l’art numérique dans la maison est du grand art.