Côté Antiquaires

En plein coeur de Paris, au Grand Palais, une manifestation fera date. Celle de la XXVIe Biennale des Antiquaires.

Vinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo Slider

 

image-coteantiquaires1Dans un monde globalisé aux multiples marchés émergeants, la Biennale des Antiquaires impose l’esprit français au reste du monde. Même si l’essentiel des clients est devenu étranger, compte tenu des aléas économiques de notre nation.
Il n’en reste pas moins que nos antiquaires ont été soutenus par nos ambassades à l’étranger, et que Karl Lagerfeld a imposé son souffle à cette manifestation. Il s’est inspiré des expositions universelles, du temps des colonies.


Une grande allée centrale symbolisait les Champs-Élysées. Objet vendu — objet parfait, la dialectique du marchand d’art était respectée... les façades blanches laissaient apercevoir des beautés dévoilées. L’immensité de la verrière donnait à la perspective d’ensemble une luminosité heureuse. La montgolfière ancienne érigée sous le dôme ponctuait la promenade comme un signe d’élévation.


La sculpture de Prosper d’Épinay, Paul et Virginie, pouvait ainsi resplendir de toute sa pureté discrète. Noblesse du sentiment. Vérité sublime de la vie pour ceux qui sont sublimes. Ils sont presque des enfants, ils vont vivre une séparation douloureuse, celle de la mort. Virginie préfèrera mourir noyée dans un naufrage au lieu d’être sauvée dans les bras d’un marin dénudé par la catastrophe. Elle rétablit ainsi l’ordre du monde tel qu’il doit revenir après le désordre d’un naufrage. Les corps magnifiques sont à l’image de l’état amoureux.


Par-delà le mythe de la caverne, il existe la nature absolue des choses. Et leur pudeur constituait un égrégore qui voguait au-dessus de cette manifestation superbe de l’art décoratif.