Au rythme des fleurs et des ans

La Maison Perrier-Jouët lance une édition limitée de la cuvée Belle Époque. Avec un nouveau coffret et un nouveau flacon de l’artiste japonais Makoto Azuma.

De l’anémone blanche, dessinée par Émile Gallé en 1902, à celles de Makoto Azuma, cent dix années se sont écoulées.

Vinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo Slider

Le champagne Perrier-Jouët a souhaité recommencer le rêve de ces fleurs, comme pour montrer que tout est perpétuel recommencement sous une forme légèrement différente. La Belle Époque n’est plus, mais Perrier-Jouët est toujours là. Avec le rêve de la fête et du bonheur, qui sont un de nos motifs essentiels pour mobiliser notre énergie sur cette terre. Et cette terre, alors, fleurit. Elle a gardé mémoire, et ses germes sont les raisins du futur, ceux de l’art et de l’amour. Bref, c’est le champagne Perrier-Jouët et son millésime 2004 qui honorent ainsi l’anémone, image raffinée comme une bulle de la Côte des Blancs.

 


En symbolique des signes, 110 années valent 1 plus 1 plus 0 , soit 2, comme deux bouteilles sœurs. Imaginons l’émotion de Makoto Azuma, reprenant l’œuvre du célèbre Gallé pour la transformer à son tour. Un chef-d’œuvre génère un autre chef-d’œuvre, et crée ainsi, au-delà des pays, une civilisation internationale dont le champagne est un des princes.

Makoto Azuma a réalisé un cadre en trois dimensions au sein duquel il a suspendu les fleurs blanches, dorées de jaune : Ce cadre permet d’exprimer une vision contemporaine de la beauté, de mettre en scène les anémones dessinées par Émile Gallé dans le présent. Le temps se trouve ainsi suspendu. Il est devenu un souffle d’exception. À l’image de cette cuvée Belle Époque, à l’édition limitée, au millésime 2004 choisi par le Chef de Caves de Perrier-Jouët, Hervé Deschamps, parce qu’il s’agit de l’expression parfaite d’une année exceptionnelle.