Nouvelle vague Hitchcock

Un look d’officier en chemise blanche. Cela s’explique : Le père de Carolina Herrera a mené sa carrière dans l’armée de l’air vénézuélienne. La nouvelle panoplie en coton blanc de huit chemises coupées dans la même étoffe porte l’empreinte de la diversité de cette pièce essentielle de la garde-robe chère à la créatrice.

Vinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo Slider

Puissance de la forme associée à la rigueur de la tenue. Lèvres fines et sourire lointain. Le regard prend de la distance. Il se réserve. Il commande. On apprenait, autrefois, dans les écoles pour jeunes filles de la bonne société, à marcher avec un gros dictionnaire sur la tête. Le livre ne devait pas tomber... Tout était dans le maintien. Jackie Kennedy, Olivia de Havilland, les futures princesses telle Grace Kelly reçurent cette éducation. Elles constituaient le clan des femmes du monde. Carolina Herrera résumera toute cette éducation par une excellente formule : L’élégance, c’est un état d’esprit.
C’est ainsi que cette jolie blonde fit fortune en quelques années dans le stylisme. Les femmes élégantes ont besoin de calme et d’équilibre. De tenues pratiques, faciles à mettre, rapides à enlever : elles expriment ainsi leur milieu social. Sur les terrains de golf, dans les soirées élégantes de l’establishment, vous pouvez mettre les chemises blanches de Carolina Herrera, c’est confortable et beau, vous êtes assurée d’être dans le ton, et de ne faire aucune faute par rapport à la tenue de la maîtresse de maison, ou de la clientèle d’un bar élégant où pourraient se trouver aussi bien Scott F. Fitzgerald, Hemingway, Andy Warhol, ou un trader de Hong Kong du printemps 2013.

 

C’est cela, le luxe : mettre des limites pour ne pas avoir de limites, être à l’aise dans tous les cas, et faire chavirer les cœurs comme si l’on était l’héroïne d’un film d’action. Carolina Herrera est désormais une milliardaire qui a 23 petits-enfants. Mais elle donne toujours le ton de notre culture fondamentale, que l’on soit avant-gardiste, révolutionnaire ou réactionnaire, amateur de pop, de rock, ou de soul music ou de RnB... Elle nous décrit un monde intemporel. Ses grandes indications ne changent jamais : c’est celui de la volonté, du classicisme, car ce dernier est source d’équilibre.

Quelles que soient votre couleur de cheveux, votre taille, quelles que soient vos pensées, même les plus osées, vous pourrez toujours porter du Carolina Herrera. La femme ne se libère plus. Elle est libérée. Elle est donc libre. Cette liberté se goûte par une volonté d’assise et de puissance. L’affirmation du style Carolina Herrera ne fait donc que commencer, car elle marque par ses lignes nettes la volonté de puissance de la femme, épouse, mère, amante, copine de lycée, collègue égale de bureau de tous les schémas masculins, capable de diriger un pays ou une multinationale comme d’être simplement heureuse.

C’est tout cela, le style Carolina Herrera... la finesse de l’Amérique du Sud avec la blondeur américaine, les yeux qui vous dévisagent carrément, et ce sourire presque énigmatique qui marque le triomphe de la joie, de la fête, de l’action, du temps qui coule comme un fleuve.