La gloire du maillot

Il est revenu, le temps de l’astre divin. On l’a tant attendu. Nous allons le célébrer à notre tour. Avec 3 collections inspirées des quatre coins de la planète.

 

Collé au corps, il modèle la personnalité de la femme au bord de l’eau. Elle devient partie intégrante du paysage, et son charme physique repose aussi sur quelques centimètres de tissu. La bataille est alors dure sous le soleil, dieu antique devenu moderne, où les femmes composent une symphonie : la faute de goût n’est pas permise.

Appel à la nudité et à la divinité du soleil, la femme ne se cache pas. Elle s’expose...

 

Vinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo Slider

Elle s’offre aux regards, aux désirs, lacaniens ou non, d’une foule qui englobe le barman garçon de plage, l’ami de la famille, les inconnus qui l’entourent. C’est un enjeu social de l’instant présent, dans une offrande qui est interdite dans de nombreux pays, et qui revient de loin, dans l’Occident où la société des loisirs, du tout permis, du tout offert a vaincu la pudeur de quinze siècles de judéo-christianisme...


La libération de la femme commence par son libre droit à se tenir en maillot, nonchalamment allongée sur une plage libre, parcourue par un léger vent, illuminée de photons et de fines particules élémentaires que l’on appelle le bonheur et le plaisir.

 

Princesse Tam-Tam fonctionne sous le mode binaire, c’est le repos dans toute la simplicité du beau temps, de l’eau qui environne. Le charme se dessine en lignes élégantes qui ajoutent au charme naturel de la peau, du regard et de la chevelure.

Carioca mène un autre type de combat. Tourné sur l’être et sa pensée, sa force et ses couleurs très affirmées. Elles sont une déclaration, sur l’identité de la femme, sur sa force et sa vigueur. Une longue action heureuse commence, c’est le principe des vacances.

Quant à Seafolly, c’est le signe de la grande fête, un monde polymorphe nous entoure, les signaux donnés correspondent à ceux d’une immense civilisation, qui entoure la planète d’une suite de lieux sacrés, voués au culte du corps, du soleil, et de ces formes parfaites que l’on voit dans le ciel sans nuage, invisibles à l’œil nu, mais ressenties dans notre cerveau par une suite de coloris imprimés et joyeux. Après le contact avec les éléments, c’est la fête sous le soleil, le divertissement sous toutes ses formes. Le bronzage incroyable, les lunettes incroyables et l’amusement. Chaque pièce est dessinée dans le but de souligner le corps féminin et ses formes en commençant par le slip doté de ceinture, jusqu’aux triangles plus amples qui offrent un support extra.